LE CHAMANISME DU HARICOT VIVANT

Initiée par mon Âme et la Vie, le chamanisme que je pratique est métissé, épicé et vivant.
J’ai gardé la base commune de toute forme de chamanisme :
la connexion avec le monde des Esprits (ancêtres, nature, animaux de pouvoir, guides, maîtres, divinités …), de la Nature, de l’énergie,
du corps, de la voix et du son
dont le but est de trouver et garder l’équilibre sur tous les plans
pour soi et sa tribu,
pour sa planète,
pour le vivant,
qu’il soit visible
ou invisible.

J’aime la Vie, j’aime l’Amour ! Je suis remplie d’énergie et d’expériences avec mes renaissances, mes ailes et mes tambours, ces éléments de vie avec lesquels j’ai trouvé mon chemin.


Je suis là pour valoriser ce qui est beau et vivant, et plonger dans son centre
pour y éplucher ses oignons autant que de faire éclore ses soleils.

Animée par le feu de la vie, je suis une secoueuse de tapis
pour qui veut avancer, se connaître, s’aimer et sortir de sa caverne.
La terre est en moi comme une mère, et comme l’air je souffle sur la poussière. Je suis la sagesse et la douceur de l’eau qui nettoient et s’adaptent.
Je suis une accompagnante de la transformation.

C’est le chamanisme qui m’a révélée à moi-même, c’est là que je me sens chez moi. Après avoir fait une synthèse de mes formations et connaissances, je pratique un chamanisme né d’une cuisine personnelle, que l’on pourrait appelé universel, qui s’adapte à notre monde moderne, occidental. J’accompagne ceux qui ont besoin de retrouver ce lien avec l’âme, le divin, le sacré, la nature, la vie.

Dans cette vie, je suis née en France qui a toujours eu son propre chamanisme (magie des druides, sorcières etc… hommes et femmes médecine), je ne considère pas que le chamanisme tire ses origines d’un endroit du globe plus qu’un autre. Pour moi il est comme le langage, il vient de partout et s’est développé en fonction de la culture et des besoins dont il est issu.

Je ne prétends pas pratiquer un chamanisme traditionnel de tel ou tel pays, pourtant j’en garde l’essentiel et laisse ou transforme ce que je trouve limitant dans certaines traditions qui ont peut être « oublié » de s’actualiser selon l’évolution de la culture, de l’époque, des changements, des besoins du présent….Un occidental n’est pas un oriental, un sibérien ou un amérindien, certes il peut être appelé par ces sources là mais le plus important n’est-il pas que l’enseignement qu’il reçoive ou propose soit accessible aux siens, à la culture où il vit ?

Nous faisons parti du Tout, tout est en nous. Certains ont retrouver cette capacités à naviguer dans les mémoires de la Terre et des Etoiles, les annales akashiques. Il n’y a pas forcément besoin de voyager physiquement pour retrouver les sagesses ancestrales, et heureusement ! Sinon où serait le partage des richesses spirituelles ?

Chacun son chemin. Le tout est de trouver le sien et ses couleurs dans l’arc en ciel gigantesque de la vie.

Le chamanisme est tout simplement la recherche de ce qu’on nomme LA SOURCE, source de vie qui est absolument universelle. Donc il est pour moi absurde de dire que le « vrai » chamanisme vient d’ici ou de là. Ce qui importe est la pureté de l’intention du chamane, son « niveau » de conscience et d’amour. Quel est son rapport au pouvoir ? Aide t’il les autres à reprendre leurs pouvoirs créateurs ou garde t’il un pouvoir sur les autres ? Est ce qu’il « forme » des disciples ou des initiés ?

Ce qui m’intéresse par dessus tout c’est d’être vivante, heureuse et juste et de permettre aux autres de l’être.

Que la vie soit notre guide,
Que l’Amour, la Joie et la Paix
rayonnent en nous 🙂

Caroline Nguyên, Oyeka

Verseau pour l’ère du Verseau 😉

Share Now

Related Post

'